L’Europe à la traîne

El País (Madrid) via presseurop.eu | 3 février 2011 | par Sebastián Tobarra et Ricardo Martínez de Rituerto
lundi 7 février 2011
par  antonin
5 votes

Tandis que les objectifs de Lisbonne en matière d’innovation ont été reportés à 2020, les grandes universités européennes estiment que les fonds de la recherche sont bien trop dépendants du secteur public.

L’Europe risque de rater le coche de l’innovation scientifique. L’UE progresse trop lentement dans le domaine des sciences pour combler l’écart avec les leaders américains et japonais, tandis que la Chine rattrape de plus en plus vite son retard ancestral. Les objectifs du processus de Lisbonne mis à mal ont été reportés de pas moins de dix ans, de 2010 à 2020. Dans ce contexte, il y a fort à craindre que les ajustements budgétaires n’achèvent de ralentir des activités de recherche déjà très dépendantes des investissements publics.

C’est là un scénario que la Commission européenne confirme en annonçant le classement des pays européens les plus innovants. Les statistiques reflètent l’insuffisance de l’effort budgétaire : alors que le traité de Lisbonne prévoyait de consacrer 3 % du PIB à la recherche et au développement, les 27 n’en sont encore qu’à 2,01 %.

Les recteurs des universités européennes les plus impliquées en recherche ont appelé à doper les financements publics afin de ne pas perdre en compétitivité. Les 22 recteurs de grands campus, comme ceux d’Oxford, de Cambridge, de Louvain ou de l’université de Barcelone demandent aux dirigeants européens de "prendre conscience de l’importance d’investissements adaptés et à long terme dans la recherche fondamentale pour assurer la compétitivité de l’Europe".

Tous les pays ne sont certes pas logés à la même enseigne : d’après le tableau de bord d’Eurostat et les données de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE), l’Allemagne, la France, la Suède ou le Danemark sont largement au-dessus de la moyenne européenne.

 45% des dépenses en R&D proviennent de fonds publics

En Europe, les financements publics de la R&D pèsent plus lourd que dans d’autres grands pôles économiques. C’est pourquoi les politiques gouvernementales en ce domaine ont d’autant plus d’impact. Dans les pays de l’Union européenne, 45 % des dépenses en R&D proviennent de fonds publics. La situation est tout à fait différente aux États-Unis où l’État n’intervient qu’à hauteur de 33 %, et au Japon ou en Corée du Sud, où ce chiffre ne dépasse guère les 30 %.

Les universités européennes défendent leur rôle en matière de recherche, et plus particulièrement de recherche fondamentale. "Le monde est globalisé et la recherche l’est également. Il faut générer des connaissances à travers des investissements en recherche", affirme le vice-recteur de la recherche de l’université de Barcelone, Jordi Alberch. "La recherche fondamentale permet d’acquérir des connaissances pour comprendre, par exemple, le fonctionnement de différents matériaux, des organismes ou des cellules, et cela peut déboucher sur des brevets et c’est là que les universités européennes ont un rôle de premier plan à jouer", souligne-t-il.

Selon Eurostat, le Japon dépose plus de brevets par million d’habitants à l’Office européen que toute l’UE : 161, contre une moyenne de 116 pour l’Union européenne, bien que des pays comme l’Allemagne et le Danemark se classent devant le Japon.

"Le nombre de brevets déposés par un pays est un indicateur significatif, mais un brevet ne signifie pas nécessairement que la découverte en question soit exploitée", précise Juan Mulet, directeur général de la Fondation pour l’innovation technologique (COTEC), qui regroupe 80 entreprises espagnoles high-tech.

Quel lien y a-t-il entre investissements technologiques, brevets et croissance économique ? "En général, il y a une corrélation entre les dépenses en R&D, notamment celles du secteur privé, et les brevets”, assure Luis Sanz, directeur de l’Institut de politique et de biens publics du Conseil supérieur de recherches scientifiques. Les brevets, ajoute-t-il, sont “une façon de mesurer le potentiel d’innovation d’un pays".

 L’instinct d’innovation américain toujours loin devant

Máire Georghegan-Quinn, commissaire à la recherche et l’innovation, souhaiterait que les 3 % du PIB consacrés à la recherche scientifique soient répartis entre le secteur public (1 %) et le secteur privé (2 %). Si des membres de l’UE bénéficiant d’une solide tradition scientifique comme les pays scandinaves, l’Allemagne et le Royaume-Uni se maintiennent dans le peloton de tête, les Etats-Unis continuent de devancer l’UE sur la scène internationale par leur instinct d’innovation et une Chine puissante commence à pointer à l’horizon.

La Commission est convaincue qu’une R&D efficace est l’unique porte de sortie de l’Europe pour parvenir à une croissance susceptible de créer des emplois de qualité qui ne soient pas soumis aux aléas de la mondialisation. Depuis l’échec du rêve de Lisbonne, qui espérait transformer en 2010 l’UE en leader mondial du secteur de la connaissance, la Commission et les 27 ont élaboré dans le cadre de la " Stratégie 2020 " une nouvelle proposition : l’Union de l’innovation, visant à parvenir à une économie intelligente, durable et intégratrice. L’approche de cette Union de l’Innovation s’attaque à des questions qui en théorie intéressent les Européens, comme le changement climatique, l’efficacité énergétique et la vie saine.

par Sebastián Tobarra et Ricardo Martínez de Rituerto


Lire sur presseurop.eu

Illustration : dam Gault



Commentaires

mercredi 6 juillet 2011 à 11h17

Très bon résumé, c’est clair que la France et ses confrères Européens vont devoir se réveiller pour ne pas se faire enterrer par les forces Asiatiques qui emergent. Belote gratuite

Agenda

<<

2017

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Brèves

Geneviève Fioraso lance à Grenoble ses premières initiatives

mercredi 23 mai 2012

C’est aux terres grenobloises que Geneviève Fioraso, nouvelle ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, a réservé hier [22 mai 2012] sa première sortie officielle en région. Là même où elle a tissé, durant des années, les mailles de l’écosystème innovant grenoblois. (...)

[Extrait] Résoudre la précarité des techniciens de laboratoire

« Malgré le contexte budgétaire difficile, il faut trouver une solution à la situation précaire de certains personnels de techniciens dont l’expertise est indispensable à leur laboratoire. »

Sur le Web : Source : Le Dauphiné

EU: Presidency seeks to expand Erasmus

Tuesday 6 September 2011

UWN | 04 September 2011 | Issue: 187 | Brendan O’Malley

The Polish presidency of the European Union is planning to expand the Erasmus student and staff exchange programme to non-EU countries on its eastern and southern borders.

Barbara Kudrycka, the Polish Minister for Higher Education, said on Tuesday: "We would very much like to see a widening of the Erasmus-scheme to non-EU countries, not only our Eastern neighbors but also for example the ones in the southern neighbourhood. In my view, the best diplomats for countries are students and scientists."

She was speaking at the 22nd European Students’ Convention in the Polish city of Lazy on Tuesday, a four-day event organised by the European Students Union, the umbrella organisation of 45 national unions of students from 38 European countries.

Kudrycka has previously called for all students from Eastern Partnership countries - Armenia, Azerbaijan, Belarus, Georgia, Moldova and Ukraine - to be given the opportunity of studying in EU countries. (...)

La belle perle de Wauquiez

lundi 4 juillet 2011

Wauquiez démarre fort au MESR : la hausse du ticket du CROUS (écrasant le vote du CNESER) et seuls 3 lauréats aux IdEX. Une belle perle au passage lors d’une interview par Philippe Jacquet du Monde :

"Les investissements d’avenir doivent permettre d’aider QUELQUES-UN de nos pôles universitaires à affronter le XXIe siècle et les grandes universités mondiales"

Les autres se débrouilleront seuls ! Plusieurs universités sont déjà dans le rouge malgré la pluie de milliards !

Sur le Web : Lire sur Le Monde

Baroin rabote les opérateurs publics

lundi 13 décembre 2010

Interview de François Baroin, ministre du Budget, par le JDD, 12 décembre 2010

JDD : Le Parlement adoptera cette semaine le budget de l’État pour 2011. Vous devez maintenant mettre en œuvre la rigueur. Quelles seront vos premières décisions ?
Baroin : « Il est très important que l’État commence par montrer l’exemple lui-même. Nous avons engagé la réduction de son train de vie. Je réunis demain les directeurs des 497 opérateurs publics [Pôle emploi, Office national des forêts, Commissariat à l’énergie atomique, musée du Louvre, Météo France…] hors universités, qui doivent pour la première fois en 2011 appliquer les mêmes règles de gestion que l’État. Dès l’an prochain, un départ à la retraite sur deux ne sera pas remplacé. Je propose que leur parc de 17.000 automobiles soit réduit de près de 3.000 véhicules, que leurs achats de fournitures soient progressivement diminués de 10% et que leurs superficies immobilières soient ramenées à 12 m² par agent. Nous leur interdirons par ailleurs de recourir à tout endettement. La rémunération au mérite de leurs dirigeants devra aussi être étendue à toute l’équipe de direction. »

Les laboratoires de recherche "hors universités" devront donc être touchés par la rigueur (CNRS, INSERM, CEA, ...). Ce n’est plus toute l’ESR qui est épargnée par les baisse de budgets mais seulement l’Université.

L’Élysée veut "réduire" les organismes de recherche

jeudi 9 décembre 2010

[Science² |09/12/2010]

Arnold Munnich, le conseiller en sciences de la santé de Nicolas Sarkozy relance l’offensive de l’Élysée contre la recherche publique. Il vient de déclarer,que les organismes de recherche allaient subir « une réduction de leur voilure » et laisser la place aux universités pour conduire la recherche.

Pour ce qui est de réduire la voilure, on sait déjà qu’en 2011 le CNRS va diminuer les dotations aux laboratoires de 11% et sabrer 25 millions d’euros dans les budgets des gros équipements.

(...)

Soutenir par un don