L’UBO classe sans suite le drame de Marie-Claude Lorne

vendredi 15 avril 2011
par  antonin
6 votes

Suite et... fin des conséquences du suicide de la maître de conférence Marie-Claude Lorne à l’Université de Bretagne Occidentale. Malgré l’annonce faite par le président de l’UBO, Pascal Olivard, de traduire Pascal David, président de la commission d’experts de l’époque, devant un conseil de discipline, le Conseil d’Administration a voté à l’unanimité le 14 avril que l’affaire est définitivement classée. Pendant que tous sont focalisés sur cette dramatique histoire, une autre secoue l’UBO plus discrètement.

Nous publions ci-dessous un article du Télégramme au sujet du vote du CA restreint de l’UBO sur les conséquences du suicide de Marie-Claude Lorne. Puis, le communiqué de Pascal Olivard, Président de l’UBO ainsi que le document de la délibération du CA.

Enfin, un autre cas d’un décès récent à l’UBO est annoncé sans précision dans un communiqué de la présidence.

 UBO. Pas de conseil de discipline pour Pascal David

Le Télégramme, 14/04/2011, par Sarah Morio

En 2008, Marie-Claude Lorne, maître de conférences stagiaire en philosophie à l’UBO, à Brest, avait mis fin à ses jours après avoir appris qu’elle n’était pas titularisée. Le 30 mars, Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur, est revenue sur cette affaire et a pointé du doigt "une série de dysfonctionnements" au sein de l’université (lire Le Télégramme du 30 mars).

À la suite de cette déclaration, Pascal Olivard, président de l’UBO, avait affirmé que le président de la commission d’experts de l’époque, à savoir Pascal David, serait traduit devant ses pairs, afin d’évaluer son degré de responsabilité. Ce dernier a toujours contesté les motifs avancés par l’Inspection générale et estimé qu’il était la cible de dénigrements.

Un conseil d’administration restreint
Revirement de situation ce matin. À la demande de Pascal Olivard, un conseil d’administration restreint s’est réuni. Neuf des douze membres convoqués étaient présents, les autres s’étant fait représenter. Ils ont attentivement étudié le rapport et estimé "qu’aucune faute professionnelle n’avait été commise".
Pascal Olivard a donc finalement décidé de ne pas poursuivre Pascal David devant le conseil de discipline et en a informé Valérie Pécresse hier, lors d’une entrevue à Rennes.

 Le communiqué de Pascal Olivard au personnel de l’UBO (14/04/2011)

14 avril 2011 09:38
Objet : [Officielle UBO] message du président
À : officielle listes.univ-brest.fr

Cher(e)s Collègues,

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la délibération prise à l’unanimité par le Conseil d’Administration restreint aux Enseignants-Chercheurs réuni hier, mercredi 13 avril, au sujet des suites à donner au rapport d’enquête de l’IGAENR portant "sur les conditions de non titularisation d’un maître de conférences de l’université de Bretagne occidentale". Je tiens à souligner la dignité et la haute teneur des débats de ce conseil.

Le 30 mars dernier, notre communauté a été fortement ébranlée par la diffusion dans les médias, contre toute attente, du rapport confidentiel mettant ainsi sur la place publique des accusations graves à l’encontre notamment de notre collègue Pascal David.

Je sais combien le communiqué que je vous ai adressé, sans explication particulière, a pu vous choquer ou susciter des interrogations. Ceci étant, au regard de la crise que nous traversions, il nous a fallu agir dans l’urgence pour protéger notre université et notre collègue. C’est pourquoi j’ai annoncé, entre autres, la saisine d’une section disciplinaire. Cette annonce ne visait pas à porter une quelconque accusation envers notre collègue, ma seule intention était de faire cesser le lynchage médiatique dont il faisait l’objet, permettant ainsi qu’il puisse être entendu par ses pairs et non jugé par les médias. Je l’ai fait en conscience et avec responsabilité.

Depuis, nous avons analysé le rapport en profondeur et de nombreuses consultations ont eu lieu. S’il est indéniable que des erreurs ont été commises, il n’en reste pas moins qu’elles ne peuvent être assimilées, selon nos analyses, à des fautes professionnelles.

Aussi ai-je pris la décision de ne pas saisir de section disciplinaire à l’encontre de notre collègue. J’ai eu l’occasion de l’indiquer à Madame la Ministre hier soir à Rennes lors d’une courte entrevue en marge d’une réunion sur les Investissements d’Avenir.

J’émets le vœu que notre université puisse se relever de l’épreuve qu’elle traverse et que nous puissions collectivement, loin de toute polémique et de toute stigmatisation, tirer les leçons de cette tragique affaire.

Très cordialement.

Pascal Olivard
Président de l’UBO.

 La délibération du CA de l’UBO réunit en comité restreint (13/04/2011)

DÉLIBÉRATION


Les membres du Conseil d’Administration restreint de l’UBO, convoqué ce mercredi 13 avril 2011 par le président sur les suites à donner au rapport de l’IGAENR à Madame la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche intitulé « Enquête administrative sur les conditions de non titularisation d’un maître de conférences de l’université de Bretagne occidentale » :

  1. Rappellent que la titularisation d’un fonctionnaire à l’issue de son stage n’est pas une simple formalité, mais une décision dont les implications à long terme sont majeures, et qui, de ce fait, doit être traitée avec sérieux ;
  2. Reconnaissent et regrettent profondément les erreurs commises à différents niveaux de la procédure de titularisation de Marie-Claude Lorne ;
  3. Constatent qu’aucune faute professionnelle susceptible d’entraîner la saisine d’une commission de discipline ne semble devoir être relevée à l’encontre du président de la commission de spécialistes qui avait à statuer sur la titularisation de Marie-Claude Lorne ;
  4. Regrettent l’absentéisme massif ayant caractérisé les deux réunions de la commission convoquée avec cette question à l’ordre du jour, ainsi que le comportement désinvolte de membres de la commission qui ne semblent avoir jugé utile de prévenir ni leur suppléant ni le président de la commission de leur indisponibilité ;
  5. Marquent leur incompréhension devant le fait que la responsabilité endossée par les membres de la commission ayant adopté un tel comportement ne soit évoquée dans le rapport de l’IGAENR qu’en une ligne, sous la forme d’une simple note de bas de page ;
  6. Plus généralement, regrettent le caractère déséquilibré du rapport de l’IGAENR, qui privilégie les témoignages à charge et fait un usage discutable de la notion de manquement à la déontologie ;
  7. Soulignent que, si la manière de servir est bien le critère sur lequel doit se fonder une décision en matière de titularisation, l’obligation de résidence n’est manifestement pas sans rapport avec ce critère, de sorte que la façon dont la personne candidate à la titularisation s’acquitte de cette obligation peut légitimement être prise en compte par l’instance chargée de prendre cette décision ;
  8. N’en considèrent pas moins que l’existence de deux rapports favorables à la titularisation de Marie-Claude Lorne et l’absence d’éléments défavorables à cette titularisation dans le troisième rapport auraient pu constituer un motif sérieux de recours gracieux ;
  9. Rappellent que, contrairement à certaines allégations parues dans la presse (Le Monde du 01.04.2011, p.13), la possibilité de faire appel de la décision de la commission de spécialistes, ainsi que les modalités de cet appel, avaient bien été notifiées à Marie-Claude Lorne dans le courrier lui annonçant cette décision ;
  10. Regrettent profondément, sur le plan humain, les comportements qui ont conduit, d’un côté, le président de la commission de spécialistes à garder le silence vis-à-vis de l’intéressée sur la décision qui venait d’être prise à son encontre, d’un autre côté l’administration de l’université à mettre trois mois à communiquer cette décision sur un mode purement impersonnel ;
  11. Demandent au président de l’université de poursuivre de façon prioritaire la politique engagée en vue d’améliorer et, tout particulièrement, d’humaniser les procédures concernant la situation personnelle des membres de la communauté universitaire, et de saisir le Conseil d’Administration plénier de ces questions.
  12. En tenant compte de l’ensemble de ces éléments, les membres du Conseil d’Administration restreint se prononcent en faveur du retrait de la proposition de non titularisation et de prolongation du stage de Marie-Claude Lorne.

Les membres du Conseil d’Administration restreint s’inclinent avec respect devant la mémoire de leur collègue Marie-Claude Lorne.
Résultat du vote : unanimité
Membres présents : 9 ; Membres représentés : 2 ; Membre absent : 1
Séance : de 9h00 à 13h45

N.B. : les mises de gras ne sont pas d’origine.

 Un autre cas de décès à l’UBO...

Le 8 avril dernier, le personnel de l’UBO apprend par courriel du président la mort d’un de leur collègue. Le message est reproduit ci-dessous :

8 avril 2011 14:37
Objet : [Officielle UBO] Message du Président
À : officielle listes.univ-brest.fr

Cher(e)s Collègues,

J’ai l’immense tristesse de vous faire part du décès de notre collègue Jean-Philippe Manza, électricien au service du patrimoine de l’UBO, survenu hier à l’Hôpital de la Cavale Blanche.

Au nom de notre communauté, j’adresse mes plus sincères condoléances à son épouse et à ses enfants.

Les obsèques auront lieu mardi 12 avril à 10h30 aux pompes funèbres de l’Ouest, 245 Rue Général Paulet à Brest. Je remercie par avance celles et ceux qui, par leur présence ou à leur manière, témoigneront de leur sympathie et soutien à sa famille et à ses amis.

Très cordialement,

P. Olivard
Président de l’UBO

Ce message ne mentionne pas les causes du décès de cet électricien de l’UBO âgé de 47 ans. Il y aurait beaucoup de raisons possible à cela. Sauf que Jean-Philippe Manza serait décédé suite à une tentative de suicide ayant eu lieu dans les locaux de l’UBO et à laquelle il n’aurait pas survécu. Peu de détails ont filtré sur ce nouveau drame sans lien avec le précédent si ce n’est la même université. On comprend l’embarras de l’UBO, mais... pas un camouflage. Si la réalité de cet événement se confirme, l’UBO peut-elle se permettre un nouveau focus médiatique ? Après France Télécom, la Poste, l’Université française serait un autre lieu de drames du service publique ?


Illustration : Série "SmokeWork" par Mehmet Ozgur



Documents joints

Délibération CAR 13/04/2001
Délibération CAR 13/04/2001
Délibération du CA restreint de l’UBO (13 avril 2011)

Commentaires

Logo de JuJu
mercredi 10 avril 2013 à 08h21 - par  JuJu

Vous avoir lu m’incite à en savoir plus, au revoir ! Ju, gérant du site sur les installation abri piscine

lundi 4 juin 2012 à 23h18

Il n’est pas digne d’un "professeur de philosophie" de colporter de semblables rumeurs à propos de J. Beaufret ou de F. Fédier (une formation philosophique même élémentaire aide à comprendre qu’une rumeur ne saurait tenir lieu d’argument). Tout ce qui est dit relève de la science- fiction, et témoigne d’une grande ignorance de l’oeuvre de Heidegger comme du travail de ceux qui font l’effort de lire philosophiquement cette oeuvre philosophique.

Logo de ISABELLE
vendredi 22 avril 2011 à 09h50 - par  ISABELLE

Comment la Présidence de l’UBO ose t-elle faire passer un article dans le ouest-france du mardi 19 avril , en précisant que "l’électricien qui s’est suicidé dans les ateliers avait d’important problèmes personnels".

C’est vraiment inadmissible d’écrire cela vis à vis de sa femme et de ses quatres enfants, lorsque l’on sait que c’est le troisième ouvrier du même service qui met fin à ses jours........

I y a un problème au sein de l’ubo et il ne sert à rien de fermer les yeux et d’attendre un nouveau suicide .J’appelle toute l’équipe du service technique à témoigner son soutien à Cathy et ses enfants en disant vraiment la vérité. Osez.
Pour Jean-Phi il est trop tard, mais pour d’autres.....

Logo de thierry casier
jeudi 21 avril 2011 à 17h14 - par  thierry casier

je suis fou d aprendre que mon beauf a pus faire ca ? les responsable sont c est chef,,,,,, mes c est pas finis : M casier thierry

Logo de antonin
mardi 19 avril 2011 à 23h39 - par  antonin

Bonsoir Isabelle,

J’ai été touché également d’apprendre ce tragique événement. Et tout autant de la non communication de la présidence sur les causes du décès de Jean-Philippe Manza. Si le site de PAPERA peut aider en quoi que ce soit pour que la vérité soit faite, nous le feront. La famille, les proches, les collègues sont libres de venir s’exprimer sur le site de PAPERA. Une rubrique "Tribune libre" est à leur disposition.

Si quelqu’un a des éléments susceptibles d’aller vers l’émergence de la vérité, qu’il se manifeste SVP.

Antonin

Logo de ISABELLE
mardi 19 avril 2011 à 23h16 - par  ISABELLE

si JEAN PHILIPPE MANZA est décédé le 7 avril à l’hospital, c’est suite à son suicide par pendaison dans les ateliers de l’UBO.
Merci de parler de Jean Philippe, dans votre forum, sa famille est très touchée.
En espérant toute vérité sur ce drame qui me touche personnellement.

Logo de antonin
lundi 18 avril 2011 à 16h28 - par  antonin

Dernière info sur l’affaire Lorne ce jour : EducPros révèle que le ministère demande une procédure malgré la délibération du CA de l’UBO. Lire : Affaire Lorne : Valérie Pécresse missionne le recteur pour que soit lancée la procédure disciplinaire

Logo de antonin
lundi 18 avril 2011 à 12h19 - par  antonin

Bonjour Marc,

Merci pour votre commentaire qui apporte un angle de vue intéressant dans cette affaire. Effectivement, je pense que peu de personnes sont au courant de ces informations. Le site de PAPERA n’a pas les moyens journalistique d’aller plus profond que les informations que l’on peu obtenir soit par de l’investigation simple soit par des témoignages et du partage de l’information. Donc encore merci d’avoir pris le temps de pointer ces informations et libre à vous d’aller plus loin via la rubrique "Tribune libre".

Cordialement,

Antonin

Logo de marc thibault
lundi 18 avril 2011 à 10h04 - par  marc thibault

pourquoi personne ne dit dans cet article ni sur ce blog que pascal david est un de ces heideggeriens fanatiques qui avec françois fedier et autres sectaires ont poussé heidegger dans le sens du plus nazi que moi tu meurs.Un numéro de l’émission d’Elkabbach sur heidegger était pourtant totalement exemplaire sur ce point et montrait un pascal David tenant d’étranges propos.
Personne ne semble voir qu’il y a plus ici qu’un rapport d’analogie.Surtout pour ce qui concerne une enseignante qui n’a pas pu ne pas se heurter et sans respect à ces fanatiques.Quand on sait que Beaufret ,le grand maitre heideggerien correspondait avec Faurisson.Pour toute l’histoire il y a le fameux texte d’emmanuel Martineau Heidegger chez les cinoques qui permet de comprendre comment une toute petite partie de l’université française en philosophie est phagocytée par des gens très suspects qui ,autonomie aidant, voudraient bien comme à Tours il y a vingt ans (avec les chevaliers de l’ordre saint jean de jérusalem,ce n’est pas une blague....) constituer un micro groupe,une base .Naturellement sur ce blog je me garderai bien d’en dire plus me contentant de pointer le lieu d’origine des idées ;Chacun jugera ensuite en conscience s’il estime qu’il y a ou nous un rapport.En tout cas le choix de claudine Thiercelin pour enquéter est excellent. Marc Thibault professeur de philosophie

Logo de Condorcet
vendredi 15 avril 2011 à 15h05 - par  Condorcet

Je trouve atterrant que l’université de Bretagne Occidentale ne prenne pas la mesure du drame personnel et collectif que constitue le suicide de Marie-Claude Lorne et veuille poursuivre ceux qui, comme Yves Michaud, réclament des explications plus que légitimes sur les circonstances inhabituelles de sa non-titularisation. Toutes mes condoléances à la famille de cet électricien et là aussi, il serait plus que souhaitable qu’une enquête approfondie, indépendante et impartiale soit diligentée.

Agenda

<<

2017

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Brèves

EFiGiES lance une enquête sur la jeune recherche non statutaire face à la parentalité

mercredi 4 mai 2016

L’association EFiGiES lance une enquête sur la jeune recherche non statutaire face à la parentalité.

Comment concilier le fait d’attendre un enfant ou d’être parent quand on est en thèse ou en recherche de poste ? Quelles difficultés spécifiques voient le jour à cette occasion ? Comment l’institution académique prend-elle en charge (ou non) les jeunes chercheur.e.s confronté.e.s à ces situations ?

Ces questions nous paraissent d’autant plus d’actualité dans le contexte de la mobilisation collective contre la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche, précarité touchant particulièrement les femmes et les jeunes chercheur.e.s, en abordant une problématique qui nous semble encore peu étudiée.

Pour cela, nous avons élaboré un questionnaire qui s’adresse à tou.te.s celles et ceux qui se sentent concerné.e.s, qui sont en thèse en France ou l’ont été

Y répondre vous prendra une vingtaine de minutes.

Si vous désirez davantage de renseignements sur cette enquête, vous pouvez nous écrire à : contact.efigies gmail.com

N’hésitez pas à faire circuler ce questionnaire dans vos réseaux et auprès de vos connaissances, en particulier si elles ont quitté le milieu de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le plus grand nombre de contractuels de la FPE est dans l’enseignement supérieur

vendredi 2 décembre 2011

Selon le Rapport annuel sur l’état de la fonction publique 2010-2011, en 2009, (cf. tableaux p.261 et p.262) on dénombrait un total de 360 907 agents non-titulaires dans la Fonction Publique d’État (FPE). Sans compter les "Emplois statutaires de non-titulaires des ÉPA dérogatoires, dont : Pôle emploi, CROUS, INRAP, Agence de l’eau...". Pour comparaison, il y a 355 001 agents non titulaires dans la Fonction Publique Territoriale (tableau V 1.1-1, p.67).

  • 131 542 agents non-titulaires dans les différents ministères, correspondant à 107000 Équivalent Temps Plein.
  • 229 365 agents non-titulaires dans les EPA (Établissements Publics à caractère Administratif), 181807 ETP, sur un total de 348416 agents. Ce qui fait quasiment 3 fois plus de non-titulaires.
  • En 2009, il y avait 68 915 non-titulaires dans l’Éducation nationale et 75 884 dans l’Enseignement supérieur, soit le plus gros contingent de non-titulaires de tous les ministères (tableau 1.3-3, p.229).
Sur le Web : Lire sur POOLP

Droits d’inscription universitaires 2011-2012

lundi 1er août 2011

JORF n°0176 du 31 juillet 2011, page 13076, texte n° 13

Arrêté du 28 juillet 2011

  • Licence 177€
  • Master 245€
  • Doctorat 372€

Diplôme de médecine, pharmacie, odontologie, maïeutique et paramédicaux 177€, 2e cycle 245€...

Tous les détails pour les autres diplômes ci-dessous :

Sur le Web : Sur legifrance.gouv.fr

Section 19 du CNU, suite et pas fin (du tout)

samedi 18 juin 2011

Agora relance le dossier "auto-promotion" qui se déroule au sein de la section 19 du Conseil National Universitaire (CNU) :

Nous vous relayions il y a quelques jours la déclaration de professeurs siégeant au sein de la 19e section du CNU et dénonçant les nouvelles auto-promotions dont elle a été le théâtre. Pour compléter cette dernière, nous reproduisons, avec sa permission, la lettre ouverte qu’Alain Quemin a adressé à ses collègues. Voilà qui devrait alimenter les discussions au prochain Congrès de l’Association française de sociologie (AFS), début juillet à Grenoble, où les principaux intéressés ne seront malheureusement sans doute pas présents…

Sur le Web : La suite sur Agora

Répression policière à l’École Normale Supérieure

mardi 19 avril 2011

Communiqué du 19 avril 2011

Alors que les grévistes allaient entamer leur 100éme jour de grève et que les négociations avec la direction suivaient leur cours, la directrice de l’ENS, Monique Canto-Sperber, a décidé d’ordonner l’évacuation des locaux occupés par les grévistes et les étudiants qui soutenaient le mouvement. A 6h, les forces de l’ordre en nombre conséquent ont délogé les occupants sans sommation en défonçant la porte. 14 personnes ont été arrêtées et sont actuellement retenues au commissariat du 5éme arrondissement.

Après le référé au tribunal administratif et les menaces quotidiennes des huissiers, la direction de l’ENS franchit un pas de plus dans la répression de ses propres salariés précaires et étudiants syndiqués et non syndiqués. Le mouvement social est déterminé à continuer la lutte et ne cédera pas aux pressions comme aux menaces physiques.

Le comité de mobilisation de l’ENS


Le comité a appelé à un rassemblement de soutien aux interpelés qui sont sorti du commissariat vers 9h30, puis à une assemblée Générale à l’ENS (45 rue d’Ulm) à 12h.

Soutenir par un don